Obstacles à la vie régissant l’ordre public et politique

L’ONU, qualifiée par leur doctrine de « contrefaçon du Royaume de Dieu » instaurée par Satan pour égarer les humains, a été l’enjeu d’un scandale quand a été découverte cette affiliation de la Société Watchtower Bible and Tract Society, organisation-mère des Témoins de Jéhovah de par le monde, en tant qu’ONG auprès du Bureau DPI de l’ONU à partir de 1989.

Cette polémique a été d’autant plus vive que les fidèles de base doivent garder une stricte neutralité politique, qui parfois leur a coûté très cher (comme pour les Témoins de Jéhovah du Malawi qui, sur ordre de la Société Watchtower, ne devaient pas acheter la carte obligatoire d’un parti politique dans les années 70, subissant ainsi de terribles persécutions, voire la mort).

La washtower étant aujourd’hui considérée comme étant une ONG elle à été amenée à soutenir une catégorie particulière de causes défendues par l’ONU, le mouvement a choisi la liberté de religion au début de son association à l’ONU, puis les droits de l’homme dès 1997, choix que certains critiques jugent inapproprié car ils estiment que la Société Watchtower bafoue les droits de l’Homme.

De surcroît, le mouvement a été critiqué pour s’être affilié à l’ONU car il avait auparavant interdit à ses membres de se joindre à la YMCA, considérant dans La Tour de Garde du 1er janvier 1979 qu’il s’agissait dans ce cas d’apostasie.

La Société Watchtower a décidé dans la précipitation de démissionner, seulement trois jours après que la presse, notamment le journal britannique The Guardian, ait diffusé le scandale.

De nombreux Témoins de Jéhovah, ne sachant pas s’il s’agissait d’une rumeur ou pas, ont demandé des explications à l’ONU, ce qui a poussé cette dernière à publier sur son site officiel une lettre en date du 4 mars 2004 récapitulant cette affaire.

Ils mettent à mal les actes de civilités interdisant d’honorer les couleurs d’un pays.

« Dans cette réponse à la presse américaine, il fut souligné que les témoins de Jéhovah respecte le drapeau, mais que leurs relation avec Jéhovah et leurs obligations envers lui leur interdisent formellement de saluer une image ou une représentation quelconque.
Cela équivaudrait pour eux à un acte d’adoration contraire enfermé dans le deuxième des dix commandements rapporté dans Exode 20
» Les témoins de Jéhovah dans les dessins divins, 1971 pages 144.

Les témoins de Jéhovah et les fêtes nationales tel que Thanksgiving aux Etats unis.

« Il s’agit…de jours nationaux d’action de grâce…les témoins de Jéhovah refusent aussi, avec respect, de participer à ces fêtes nationales » L’école des témoins de Jéhovah 1983 page 21.

Vous pouvez imaginer la réaction d’un témoin de Jéhovah face à l’interprétation de l’hymne national français.

De là à les taxer d’incivisme, il n’y aurait qu’un pas.